Renaud – Amoureux de Paname

renaud-amoureux-paname1975 – Polydor, 825 347 2 (1 CD)

13 titres – 36:56 min

1/ Amoureux de Paname
2/ Société tu m’aura pas
3/ Petite fille des sombres rues
4/ La java sans joie
5/ Gueule d’aminche
6/ La coupole
7/ Hexagone
8/ Ecoutez moi les gavroches
9/ Rita (chanson d’amour)
10/ Camarade bourgeois
11/ Le gringalet
12/ La menthe à l’eau
13/ Greta

enregistrement à Paris, France, 1975
Renaud Séchan (chant, guitare)

En 1975, Renaud vivote à Paris, essayant de nombreux petits boulots mais ne se trouvant de dons (ni de volonté) pour aucun. Il joue de la musique avec des amis, fait un peu de théâtre et passe finalement beaucoup de temps au bistrot entre potes !

Paul Lederman lui propose alors de venir jouer au « Café Concert de Paris », qu’il vient d’ouvrir sur les Champs Élysées. Il baptise Renaud et son groupe « Les P’tits Loulous ». C’est là qu’une productrice de chez Wha-Wha Musique, Jacqueline Herrenschmidt, repère Renaud et lui propose d’enregistrer son premier disque. Cet album, intitulé tout simplement « Renaud » à l’époque, montre Renaud dans son personnage de Gavroche des temps modernes (la pochette est presque risible !), qu’il abandonnera par la suite pour un look plus « loubard en Perfecto et jeans ».

En mars 75, Jean-Louis Foulquier invite Renaud à son émission de télévision « Studio de Nuit », en direct de chez « La Mère Catherine », un bistrot de la Butte-Montmartre. Renaud y interprète « Camarade bourgeois ».

A part cette promo télé, cet album passe assez mal le cap de la publicité. En effet, comment vanter à l’époque les mérites d’un chanteur qui ne souhaite qu’une chose, la destruction de la société bourgeoise établie ?! La chanson « Hexagone » est par exemple interdite de diffusion sur France Inter. Renaud se cantonne donc aux bals populaires des guinguettes sur le bord de la Seine. Il trouve néanmoins un bon accueil à la « Pizza du Marais », où il joue juste avant Bernard Lavilliers. Renaud sera même barman dans ce café-concert. Il joue également beaucoup en Belgique, qui contrairement à la France, aime bien les chansons anarchistes de Renaud.

Après avoir replacé le personnage de Renaud à cette époque, revenons un peu à l’album !

« Amoureux de Paname » est tout d’abord truffé de chansons engagées, farouchement anti-bourgeoises (« Société tu m’auras pas », « Camarade bourgeois », « Hexagone »). « Hexagone », où Renaud démontre la pauvreté de la vie du Français moyen, à qui on explique comment vivre et que l’on abrutit de télé. Français moyen à qui on interdit aussi la rébellion, comme l’a montré la répression sanglante de la manifestation de Charonne, à laquelle avaient participé les parents de Renaud.

D’autres textes content de façon mélancolique la vie des petits voleurs de Paris et de sa banlieue, dans un style très « guinguette parisienne » des années 50 (« La java sans joie », « Gueule d’aminche »).

« La menthe à l’eau » dans un style plus poétique avec ses jeux de mots prouve que le rebelle est aussi capable de s’attendrir et d’aimer. Mais on s’en doutait, à l’écoute par exemple de « Petite fille des rues sombres ». Même l’humour, mis au service des idées de Renaud, n’est pas absent de ce disque. Ainsi « Rita » et son histoire d’amour contrarié par le Mur de Berlin, ou bien « Amoureux de Paname » où Renaud chante son amour de Paris, incompris des écologistes en mal de petites fleurs !

Ce premier album de Renaud pose avant tout le personnage, et même si musicalement ça ne casse pas des briques, c’est agréable à écouter. Et puis après tout l’important chez Renaud, c’est les textes de ses chansons ! Et dès cet album, Renaud trouve son style engagé et n’en démordra quasiment plus, ce qui n’est pas pour me déplaire.renaud-amoureux-paname

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *