Renaud – Marche à l’ombre


1980 – Polydor, 823 574-2 (1 CD) – 10 titres – 38:31 min

  1. Marche à l’ombre
  2. Les aventures de Gérard Lambert
  3. Dans mon H.L.M.
  4. La teigne
  5. Où c’est qu’j’ai mis mon flingue ?
  6. It is not because you are
  7. Baston !
  8. Mimi l’ennui
  9. L’auto stoppeuse
  10. Pourquoi d’abord ?

Renaud continue son chemin avec ce nouvel album en 1980, et affirme bien haut que son succès grandissant ne le change pas. Malgré ses 450 000 copies vendues de « Ma gonzesse », il n’est pas récupéré par le système financier du music-business, au contraire il est plus virulent que jamais.

C’est sur cet album qu’apparait pour la première fois le célèbre Gérard Lambert, loubard de banlieue, sale, bête, méchant et très certainement muni d’une vraie tête de porte-bonheur. « Les aventures de Gérard Lambert » raconte ainsi les malheurs de ce motard indécrottable, perdu loin de chez lui, sans essence et pris d’une envie de refaire le portrait d’un passant à coups de clé à mollette, le tout sur fond de musique de western ! Un vrai bonheur que ce morceau.

« Baston », « La teigne » et « Mimi l’ennui » ont des thèmes en commun, et content tout trois la vie de trois paumés, qui n’ont plus rien à apprendre de la vie, parce qu’elle les a trop déçus. Critiques d’une société qui laisse bien peu d’espoir à sa jeunesse, si ce n’est l’illusoire et temporaire refuge de la violence.

On retrouve un peu de gaieté et surtout l’humour décalé de Renaud avec « It is not because you are » qui fait un pied de nez aux autres chanteurs français de l’époque, tous prêts à chanter en anglais pour mieux se vendre. De même « Pourquoi d’abord ? » est à mourir de rire. Renaud fait le gamin, se pose des questions à lui-même avec une voix de sale gosse, et finit par avouer que cette chanson n’est là que pour combler le disque qui devait avoir dix titres !

Mais c’est surtout « Dans mon HLM », « Où c’est qu’j’ai mis mon flingue ? » et « Marche à l’ombre » qui marqueront leur époque. Tout d’abord « Dans mon HLM », qui reprend un peu la construction d' »Hexagone », les étages du HLM jouant ici le rôle des mois de l’année pour « Hexagone ». Chaque étage donne ainsi à Renaud l’occasion de taper plus ou moins gentiment sur les travers des français.

« Où c’est qu’j’ai mis mon flingue ? » est beaucoup plus dur que les autres titres de l’album. Renaud y sanctionne tous les partis et mouvements politiques, même ceux de gauche, accusés de récupérer ses idées de révolution. Cette chanson a été très mal prise par le parti et les militants communistes, qui considéraient souvent Renaud comme un des leurs. Mais ici Renaud se pose plus comme un anarchiste que comme appartenant à un quelconque mouvement reconnu.

Enfin « Marche à l’ombre » a marqué son époque, notamment grâce au film du même nom, et est même devenu une véritable expression courante.

Cet album se vend très bien (650 00 exemplaires) et permet à Renaud de s’installer à Bobino en mars 1980, où il donne une série de concerts dont certains temps forts sortiront sur les albums « Le p’tit bal du samedi soir et autres chansons réalistes » et « Live à Bobino (le théâtre de la chanson et du rire) ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *